News

Voiles de Saint Tropez: le choc des géants

Voiles de Saint Tropez 2021

Comme une évidence, comme s’il suffisait de réunir le plus beau plateau de maxi dans le plus beau port du monde, le Mistral s’est mis de la partie hier pour mettre en image une ouverture grandiose. C’est un courant de tendance Ouest qui a accueilli les 45 Maxis Yachts en lice pour la toute première épreuve de cette deuxième semaine des Voiles de Saint-Tropez 2021. Les plus beaux Maxis, J Class, et autres Wally ont élu domicile dans le golfe à l’invitation de la Société Nautique de Saint-Tropez et comptent y clore leur saison Méditerranéenne de la plus éblouissante des manières.

20 noeuds d’un vent tonique en sortie du Golfe avec une houle plus marquée au large, l’occasion rêvée pour la Direction de course, menée d’habile manière par Georges Korhel, (Principal Race Officer des Voiles), d’envoyer ces unités taillées pour la vitesse, du côté de la Fourmigue, ce caillou planté devant le Lavandou, pour le plus long des parcours côtiers de ces Voiles, une belle boucle de 40 milles. Du soleil, une mer resplendissante et une solide
brise, tous les ingrédient étaient offerts à ces magnifiques destriers et à leurs équipages internationaux pour déployer un formidable spectacle et partager un grand moment de sport pur.

4 groupes, 4 départs, mais 5 classements

Avec une belle régularité, les 4 groupes de Maxis en lice se sont élancés peu après midi et à 10 minutes d’intervalle depuis le Portalet, à vue d’un nombreux public. Les « grands » voiliers du groupe IR1 ont ouvert la voie, vers le fond du golfe et une bouée de dégagement, et c’est sans grande surprise que les chasseurs de records Comanche, Rambler88 et Leopard 3 se sont jetés d’emblée dans la grande et amicale explication promise. A plus de 17 noeuds au près vers le Lavandou, alors que le vent montait dans les rafales et blanchissait la mer, les trois grands protos se sont affrontés de manière virile, dans l’écume et face au vent. Mais ils ont alors dû aussi compter sur d’autres protagonistes, eux aussi rompus à l’exercice de la régate de brise, à commencer par un grand habitué des podiums, Magic Carpet Cubed, mais aussi Deep Blue, le Botin 85 et Odin, le grand Swan 115 particulièrement à son affaire.

Taillé pour le portant, Comanche s’est littéralement envolé passée la marque de la Fourmigue, dans un Mistral forcissant par moment à près de 30 noeuds. Avec des pointes de vitesse à plus de 26 noeuds, le plan VPLP/Verdier a pu faire le trou et distancer quelque peu un Magic Carpet très à l’aise dans la brise et à toutes les allures. Rambler 88 est à créditer d’une belle course, longtemps au contact de Comanche mais lui aussi impuissant face à la spectaculaire envolée de la « luge » Comanche aux allures portatives… En tête à l’arrivée avec pourtant une belle avance, Comanche n’aura pu compenser son terrible rating. C’est Deep Blue qui s’octroie le gain de la manche, devant Magic Carpet Cubed et Rambler.

A noter que plusieurs Trophées viendront récompenser la grande semaine lancée de si belle manière, mais 5 classements seront officialisés, les 72 pieds souhaitant en découdre entre eux! C’est en effet à la demande des propriétaires des voiliers de 72 pieds (21,90 m) que le groupe des IRC3 a donc été divisé en deux subdivisions, IRC A et IRC B ; on retrouvera donc aux classements quotidiens 4 voiliers, Ambersail, le VOR 65, et les trois 72 pieds North Star, Jethou et Vesper. Une lutte dans la lutte entre quatre voiliers aux ratings très proches, garants d’une lutte à couteau tiré tout au long de la semaine.

Saint-Tropez, théâtre du duel des géants Topaz-Velsheda

La rivalité entre les deux grands Class J toujours actifs en Méditerranée, Velsheda et Topaz se poursuit toute la semaine dans le cadre des Voiles. Les deux géants concourent au sein du groupe des Super Maxis, IRC 2. L’équipage de Topaz, le J Class conçu par Frank C. Paine et lancé en 2015, cherche à prendre sa revanche après avoir été battu le mois dernier par Velsheda lors de la Maxi Yacht Rolex Cup à Porto Cervo, en Sardaigne. La compétition pour les yachts de la classe J aux Voiles de Saint-Tropez se déroule sous handicap IRC dans un groupe de six bateaux IRC 2 qui présente des conceptions aussi diverses que le Swan 82 Kallima, le Wally Green Eyes de 32,9 m, Silvertip, long de 33,83 m et conçu par Dubois, et le Swan 80 Umiko. Francesco d’Angelis navigue à nouveau sur Topaz en tant que tacticien. Jules Salter, le navigateur anglais, ancien vainqueur de la Volvo Ocean Race et champion du monde de TP52, est impatient de naviguer à nouveau sur Velsheda. Topaz arrive avec l’équipage vainqueur de Velsheda à Porto Cervo pratiquement inchangé, plusieurs Européens ayant été recrutés pour remplacer les NéoZélandais qui ne peuvent pas voyager. La régate du jour a tenu toutes ses promesses, avec un somptueux mano a mano qui a duré jusqu’à l’entrée du golfe où Velsheda se voyait contraint à l’abandon, voile déchirée, alors qu’il avait pris l’ascendant sur Topaz.

La Classe J a servi à définir les grands voiliers de course construits entre 1930 et 1937 selon la Jauge universelle, établie par Nathanael Herreshoff en 1903 et le New York Yacht Club dans le cadre de normalisation du sport nautique à toutes les tailles.20 grands J Class ont été dessinés entre 1930 et 1937. Dix ont été construits, Shamrock V, Endeavour, Velsheda, les originaux, Ranger, Hanuman, Lionheart , Rainbow, Topaz, Svea, constructions récentes sur plans d’époque.

Photo : Copyright Gilles Martin Raget – VST 2021