Dracenie

L’Agence Dracénoise, une institution familiale au cœur de Draguignan

Agence Dracénoise Draguignan

Depuis sa fondation en 1945 par Monsieur Félix Franceschi, l’Agence Dracénoise, située boulevard Clémenceau à Draguignan, a toujours été bien plus qu’une simple agence immobilière. C’est une pièce maîtresse de l’histoire locale, incarnant le dynamisme et l’engagement familial dans la vie de la ville.

Monsieur Félix Franceschi, originaire de Corse, est arrivé aux Arcs-sur-Argens pour travailler comme cheminot, mais son destin a pris une tournure différente avec l’avènement de la Seconde Guerre mondiale. Engagé dans la résistance, il a fondé son agence immobilière après la guerre, marquant le début d’un héritage familial remarquable. En plus de son agence, il a également créé l’agence locale du prestigieux quotidien régional « Nice-Matin », participé à la fondation de la célèbre « foire de l’olive », établi l’agence d’assurances du GAN et cofondé le Rotary-Club Templiers. Son décès en 2005 a laissé derrière lui un héritage d’engagement envers sa ville et ses valeurs humanistes, transmis à ses descendants.

Aurélie et Antony Aloisi: un trait d’union fraternel au service de l’agence

Aujourd’hui, ce sont les petits-enfants de Monsieur Franceschi, Aurélie et Antony Aloisi qui sont à la tête de l’Agence Dracénoise. Aurélie s’occupe de la partie gestion et transaction-location, tandis qu’Antony est responsable de la partie transaction-vente, comptabilité et communication. Tous les deux travaillent en étroite collaboration pour assurer le bon fonctionnement de l’entreprise, une entreprise qui a su s’adapter aux fluctuations du marché de l’immobilier.

L’ agence dracénoise: au nom du père

Au début des années 70, Monsieur Jean-Pierre Aloisi rejoint son beau-père au sein de l’agence immobilière et développe la partie gestion et syndic. En 1981, il rachète ce portefeuille syndic et gestion et installe son agence rue Labat puis Clemenceau (la partie transaction-vente ayant été cédée elle, à Monsieur Raymond Paquet). Mr. Aloisi, créera plus tard un second établissement rue Jean Jaurès.

Après ses études, Aurélie entre dans l’entreprise en 1998 tout comme Antony en 1999. De 2000 à 2007 le portefeuille de clients va tripler. L’agence va gérer près de 110 copropriétés, ce qui représente environ 4000 lots. Malgré une évolution plus contraignante des domaines juridiques et techniques, le professionnalisme du triumvirat familial, formé du père et de ses deux enfants, fait merveille. Le lien de confiance avec la clientèle est fort. La satisfaction et la réputation de sérieux bien établies.

Puis, arrive 2010 et les inondations… Un drame humain et des conséquences matérielles que l’on sait. Le surcroît de travail a été considérable et il aura fallu selon Antony Aloisi, « 2 à 3 ans de combats dans l’intérêt de ses clients pour absorber les dossiers ». A ce titre, Antony Aloisi souligne la bonne collaboration avec les compagnies d’assurances qui ont été des partenaires efficaces.

En 2014, Monsieur Jean-Pierre Aloisi (le père) se retire et ses enfants prennent seuls, la barre de l’entreprise. Ils constatent à leur tour que les temps changent, que les relations avec une nouvelle clientèle peuvent être parfois pesantes. Le nouveau monde est plus procédurier, le phénomène internet produit tout un tas « d’érudits », inconscients parfois de leur incompétence… La notion de gestion  » en bon père de famille » ne fait plus recette.

En 2019, la partie syndic est alors cédée à un groupe national. Aurélie et son frère Antony veulent continuer à exercer un métier qui a du sens et en toute transparence, comme ils l’ont toujours connu. Ils recentrent leur activité et se concentrent sur la transaction vente et location.

Fin 2019, un nouveau phénomène qui vient de Chine va frapper l’économie mondiale et le secteur de l’immobilier en particulier. Le COVID apporte son lot de confinements et d’agences fermées. La crise COVID passée, pas le temps de souffler, c’est la guerre en Ukraine qui prend le relais des mauvaises nouvelles. Les taux d’intérêts d’emprunts augmentent considérablement et les conditions d’octroi durcissent. Le marché se gèle, la conjoncture est anxiogène. Malgré ce, l’Agence Dracénoise garde le cap, elle exerce son métier avec le niveau d’exigence qui fait sa signature, depuis 1945. « Si aujourd’hui quelques petits signes de reprises sont là, les espoirs s’orientent eux, vers un mieux à l’horizon du printemps 2025 ».

Une famille engagée dans la vie de Draguignan

Antony Aloisi se félicite de l’évolution de la ville de Draguignan. « En matière d’animation de culture ou de sport, l’on a le sentiment qu’il se passe quelque chose et en mieux, c’est bon pour l’attractivité ». Et il sait de quoi il parle, sa famille, la famille Peyre – Franceschi – Aloisi est une famille qui a été et qui est toujours très engagée dans la vie locale de Draguignan. Dominique, maman d’Aurélie et d’Antony a été particulièrement active dans la vie de la cité. Sur le plan associatif au sein du club Soroptimist, professionnel comme responsable de la faculté de droit de Draguignan ou public, en tant qu’Adjointe à l’environnement et à l’enseignement supérieur durant les premiers mandats de Max Piselli.

Aurélie et Antony Aloisi perpétuent cette tradition familiale d’engagement en s’impliquant dans diverses associations et organisations locales. Notamment en tant que sponsors du Draguignan Var Hand-Ball; Un club moteur d’enthousiasme pour la Ville.

https://www.agencedracenoise.com/